Nos tabliers bretons: de l'utile à l'apparence...

Dans le Késako  "devanteau ou tablier", nous abordions l'histoire de cette élément vestimentaire, sa dénomination variable au fil du temps, son évolution et son usage dans les différentes catégories sociales et sa persistance finale dans la classe paysanne tant pour son utilité de protection que pour son apparence de parure. Vous pouvez retrouver cet article au moyen du lien suivant cliquez ici


Dans le prolongement de cet article, nous vous présentons ci-dessous " les tabliers bretons"  à partir d'une sélection d'éléments que nous avions présentés sur des supports en cartons ondulés. 

Nous traiterons ultérieurement et séparément des tabliers dans la mode civile et nous terminerons enfin par les tabliers d'usage.

Mode à Brest   

Cette mode vestimentaire est essentiellement citadine et se caractérise par sa sobriété. Le tablier est très enveloppant et dispose d'une très grande piécette. Les plis de rangement dans l'armoire sont particulièrement marqués et pour les tabliers de cérémonie, les femmes privilégiaient les teintes très foncées, les matières nobles et les parements de dentelles, de jais ou de tubes de verre noirs.. 

Les modes au fil du temps

Cette mode est illustrée par une carte postale des années 1900-1910 d'une artisane de Brest (coll. Le carton voyageur à Baud)

Les modes au fil du temps

Ce tablier de mariée de Brest vers 1900-1910 est en soie moirée vert bronze avec, autour de la grande piécette, des applications de passementeries de jais et de dentelle de Calais.

Mode en pays léonard 

Cette mode vestimentaire du pays léonard se caractérise par la recherche de coloris dans les teintes claires pour certains éléments du costume tels que le châle et le tablier. Ce dernier présente la particularité d'une piécette en forme d'écusson avec une base du trapèze beaucoup plus étroite. De même le tablier de cérémonie après la Grande Guerre sera moins enveloppant, souvent en satin broché ou orné de broderies aux motifs floraux et les multiples plissés du devant seront maintenus par un galon ou un rangée de passementerie.

Les modes au fil du temps

Cette mode est illustrée par une carte postale située à Landivisiau vers 1910 des frères Vasselier photographes à Nantes (coll. Le carton voyageur à Baud)

Ce tablier de cérémonie de la région de Landivisiau vers 1920-1930 est en satin de soie couleur beurre, il est festonné et brodé de fleurs en guirlandes avec des rehauts de sequins et de fils métalliques. Les plis du devant sont maintenus par un rang de sequins.

Mode à Saint-Brieuc à la fin du XIXème 

La mode vestimentaire à Saint-Brieuc dans la seconde moitié du XIXème siècle est essentiellement citadine et se caractérise par une silhouette avec une forme de crinoline et par la présence d'un bonnet de jour. Seuls le châle carré monté en pointe et le tablier sont d'allure provinciale.

Le tablier est relativement enveloppant avec un plissé ou froncé à la ceinture, des plis de rangement marqués, deux grandes poches plaquées et une large piécette trapézoïdale. Il est confectionné en matière noble comme le taffetas de soie, la moire ou le satin broché avec une large palette de coloris.

 Pour les cérémonies, les poches seront parfois supprimés ou factices avec un décor de dentelles et de passementerie que l'on retrouvera également en bordure du tablier.

Les modes au fil du temps

Cette mode est illustrée par une photographie de 1869 figurant Françoise Le Maitre, née en 1846 à Saint-Brieuc, épouse de Guillaume Morel et exerçant le métier de lingère.

Ce tablier de cérémonie de Saint-Brieuc vers 1870-1890 est en taffetas changeant violet et lie de vin. Comme sa bavette, il est bordé d'une dentelle noire au fuseau du Puy. La bavette et les fausses poches sont rehaussées d'un décor en tubes de jais et en passementerie.

Ce tablier de cérémonie de Saint-Brieuc date des années 1890-1900. Sans poche, il est en soie façonnée couleur châtaigne et noire et bordé de dentelle bi-colore. Sa bavette est doublée d'une toile de lin (rouennerie). 

Mode en Penthièvre  

Cette mode vestimentaire en Penthièvre à la fin du XIXème siècle est essentiellement paysanne avec le maintien jusqu'à la Grande Guerre du costume traditionnel avec une dominante de vêtements en drap de laine pour la jupe et le grand châle et en coton pour le corsage. Les coloris sont principalement le noir, seul le châle pouvait être dans les teintes vert bouteille, vert bronze, marron ou chocolat.

Le tablier ou devantier est relativement enveloppant avec un plissé ou froncé à la ceinture, deux grandes poches plaquées et une large piécette trapézoïdale de faible hauteur.  

Pour les cérémonies, le tablier sera en satin ou en coton façonnée, les poches en écusson ou en bourse seront décorées de dentelles mécaniques ou au crochet et garnies d'un nœud en satin ou en ottoman. 

Autour de Jugon, le velours noir ou bleu nuit fera son apparition au début du siècle aussi bien sur le petit châle en pointe que sur le tablier sans piécette et aux bords inférieurs arrondis. Les plus fortunés les garniront de larges dentelles et de broderies sur le velours et la taille sera marquée par une ceinture en tissu avec ou sans boucle.

 Cette mode est illustrée pour Plouguenast-Moncontour par une photographie carte-postale et pour Jugon par une carte postale du photographe J. Rouxel établi à Dinan.

Ce tablier de cérémonie de la région de Plouguenast-Moncontour vers 1895-1900 est en moire noire façonnée de fleurs stylisées Art Nouveau et bordé d'une dentelle au fuseau. Un nœud en ruban d'ottoman orne le coté et un nœud en moire décore les poches plaquées.

Ce tablier de cérémonie de Jugon vers 1900-1915 est en velours de soie bleu-nuit et brodé au point de bourdon et point de nœud de motifs de dahlias et d'une liane de liserons. Sans bavette ni poches, ses bords arrondis sont ornés d'une dentelle façon fuseau rehaussée d'un galon. 

Mode en Pays paludier  

Le costume de cérémonie en pays paludier se caractérise par le maintien affirmé d'une tradition du XVIIIème siècle avec, pour les besoins du folklore, une très faible évolution au XIXème de ses composantes et de son choix de coloris allant du rouge, au bleu plus ou moins violacé et au vert. En outre, la rusticité de gros drap de laine de la robe tranche avec la finesse de la soie utilisée pour les rubans et le tablier.

Le tablier très enveloppant comprend deux parties, une piécette presque rectangulaire et montant haut et une partie basse couvrant quasiment la hauteur de la jupe.

Pour les grandes cérémonies, la piécette est confectionnée par un assemblage de galons métalliques or et argent avec une renfort par des fanons de baleine.

Cette mode au Bourg-de-Batz est illustrée par une composition d'Hippolyte LALAISSE dans la Galerie Armoricaine. Cette mode des tabliers de porteresse est illustrée par un croquis d'Hippolyte LALAISSE  

Ce tablier de mariée du Bourg de Batz date des années 1840-1860. Il est en taffetas de soie rouge. Sa livrée est en ruban de soie jaune et fils métalliques dorés et argent comme pour sa piécette cousue sur une grosse toile jaune et bordée d'un galon métallique argent. (coll. Musée des Marais Salants - CAP Atlantique - Batz-sur-Mer).

Ce tablier de "porteresse" du pays paludier date également des années 1840-1846. Il est en droguet écru et bleu (coll. Musée des Marais Salants - CAP Atlantique - Batz-sur-Mer). 

Mode en Pays du Clos-Poulet

Cette mode vestimentaire dans le Clos-Poulet se caractérise par 

Cette mode est illustrée par la lithographie aquarellée d'Auguste LALOUE et situé à Paramé et par le croquis d'Hippolyte LALAISSE

Les modes au fil du temps

Ce lourd et ample tablier de la région de Cancale-Paramé date de la fin du XIXème et début XXème. Il est en droguet de lin et de grosse laine brune et bleue. En passant le devant derrière, il pouvait être relevé sur la tête pour former un capuche couvrant ainsi le dos et la tête. (coll. JR ou Antiquités Ravier)

Mode en pays bigouden vers 1850 

Cette mode à cette époque est illustrée par un dessin d'Hippolyte Lalaisse de 1843 situé à Pont-L'Abbé (inv.52.761.63) et par un tableau des années 1850 de Louis Caradec (coll. privée).

Ce tablier de travail sans bavette est en droguet de lin écru et de laine noire et bleu-nuit et terminé en partie basse par une serge jaune brodée sur trois rangs au fil de laine rouge et vert pâle. 

Il est agrémenté de deux fausses poches et d'un petit motif central sous la ceinture en forme de carré formé par une tresse montée sur carton.

Ce tablier de cérémonie est à double face en laine aux teintures végétales rouges, bleues et jaunes. Les poches et le bas du tablier sont traitées de manière différente suivant les faces. (coll. particulière)

Ce tablier de cérémonie est en droguet de chanvre et de laine dans les teintes brique, bleu et ivoire et agrémenté aux poches de galons de serge jaune rebrodée et d'un point au crochet au centre. (coll. particulière)

 

Mode en pays glazig entre 1850 et 1900 

Cette mode en pays glazig se caractérise par 

Cette mode est illustrée par un tableau des années 1850 par Louis Caradec, par deux cartes postales du début du XXème siècle à Guengat et au Juch et par un détail d'une photographie de collection Villard à Quimper.

Ce tablier d'une mariée de Quimper date du milieu du XIXème siècle, il est en damas de satin de soie verte, jaune, mauve et rose, à bandes verticales et à motifs de fleurs. La ceinture, le bas et les poches sont ornés d'un ruban de soie brodé et rehaussés de fehl.

Ce tablier de mariée du Juch date des années 1880, il est en damas de satin de soie bleu, orange, gris, bordeaux et vert, à bandes horizontales et motifs de fleurs et feuillages. La ceinture, le bas et les fausses poches sont ornés de fehl et de galons métalliques.

Ce tablier de mariée de Quimper date du début du XXème siècle, il est en satin de soie façonné vert céladon à motifs de fleurs. Des rubans de panne de velours noir rehaussés de galons métalliques ornent la ceinture, les fausses poches et le devant du tablier. Une dentelle métallique borde le pourtour du tablier. 

Mode en pays rouzig vers 1850

Cette mode est illustrée par le croquis de Hippolyte Lalaisse à Châteaulin et par une peinture d'Adolphe d'Hastrel  (femme du Faou)

Ce tablier de Châteaulin date du milieu de XIXème siècle, il est en damas de soie à motif floraux et à rayures verticales dans les teintes ivoire, rouge et prune. 

Mode en pays de l'Aven en 1890  

Cette mode vestimentaire dans le pays de l'Aven se caractérise par 

Les modes au fil du temps

Cette mode est illustrée par une photographie prise vers 1865 par Villard à Pont-Aven

Ce tablier de l'Aven vers 1870-1890 a été confectionné dans un tissu plus ancien en damas de soie prune à motifs de lilas et de roses. Il est bordé et garni de dentelles mécaniques rehaussées de sequins.

Mode en pays pourleth vers 1850

Cette mode vestimentaire du pays pourleth se caractérise 

Cette mode à cette époque est illustrée par un dessin d'Hippolyte Lalaisse de 1843 situé à Plouay (inv.52.761.44) et par un dessin d'Hippolyte Bellange situé à Guéméné (coll. privé).

Ce tablier de travail avec bavette et deux poches plaquées est en droguet de lin écru et de laine dans les teintes rouge et violet.

Ce tablier de travail est en berlinge de laine mélangée noire et bleu-violet à l'aspect bouclé. La bavette est bordée d'un ruban de velours de soie noire.

Ce tablier de tous les jours est en droguet de chanvre et laine couleur bleu-violet, noir et rouge avec le même type de bavette. La taille est marquée par une ceinture en droguet gris, noir et rouge couverte par une serge noire et brodée au fil de lin.

Mode en pays vannetais et pourleth au début XXème

Cette mode vestimentaire du pays vannetais se caractérise 

Cette mode est illustrée pour Baud et Auray par deux cartes postales vers 1905-1907 du photographe Henri Laurent de Port-Louis, pour Vannes par une carte postale vers 1920 et pour Guéméné par une carte postale de 1938 (coll. Le carton voyageur à Baud).

Ce tablier de mariage était celui d'une fille de notaire de Baud vers 1900, il est en taffetas de soie couleur gorge de pigeon et recouvert d'une très belle laize à décor floral reprise sur les poches et la bavette.

Ce tablier de cérémonie d'Auray vers 1900-1910 est en velours de coton violet, il est brodé au fil chenille dans les teintes roses et jaunes aux motifs de fleurs, rehaussé de sequins et de tubes de verre et bordé au point Richelieu.

Ce tablier de cérémonie de Vannes vers 1925 est en satin de soie couleur prune et brodé polychrome au fil de soie de motifs floraux sur la bavette et les fausses poches et en guirlande devant.

Ce tablier de cérémonie de Guéméné des années 1930 est en panne de velours orange et brodé au point Richelieu aux fils de soie et fils métalliques d'un décor floral et d'ananas.

Mode en pays rennais

Cette mode vestimentaire du pays rennais se caractérise 

Les modes au fil du temps

Cette mode est illustrée par une photographie prise en 1881 d'une mariée de Janzé (coll.Choleau). A noter que la robe est plus dans la silhouette des crinolines projetées des années 1865-1870 et que le tablier a déjà diminué par rapport au tablier exposé. 

Les modes au fil du temps

Ce tablier de cérémonie à bavette du pays rennais date des années 1860-1870. il est en taffetas de soie changeant lie de vin. Sa bavette et ses grandes poches plaquées sont ornées d'un galon de jais. Ce même galon maintient les quatre-vingt plis plats sous la ceinture.

Rédacteurs: Réjane et Daniel Labbé